• Fiche + éléments théorique approche des quantités et des nombres-cycle 1

    Fiche approche des quantités et des nombres-cycle 1

     

    Fiche + éléments théorique approche des quantités et des nombres-cycle 1

     

    Voici une fiche sur l'approche des quantités et des nombres au cycle 1 :

    Elle ne reprend pas le format habituel de mes fiches car elle est réalisée sur le modèle d'un groupe de travail auquel j'appartiens.

     

    UN DOCUMENT DE MALADE!!!!!!!!! QUE J'ADORE!!!! (pourquoi ce Mr n'est pas mon prof à l'IUFM???!!!!)

    Que faire en cas de difficultés d'un élève dans l'approche des quantités et des nombres?  (Frédérique MIRGALET et Franck COUTURIER)

    Obstacles identifiés

    Exemples

    Stratégies d'aide



    Méconnaissance de la comptine numérique

    - La comptine numérique répond à un ordre conventionnel. Il n’est pas possible de le changer. La comptine n’a de sens que si on dit tous les mots et dans le bon ordre.
    C’est la première fois à l’école, que l’élève se trouve devant une convention à respecter.

    - La régularité de la comptine de 30 à 69, l’irrégularité de 10 à 19, de 70 à 99
    La reconnaissance des mots : trois – trente, quatre- quarante, cinq-cinquante, six-soixante, l’éloignement des un-dix, deux-vingt,

    Il faut apprendre :
    Comptines, albums à compter, jeux de doigts, utilisation quotidienne, rituels…



    Peut-être commencer par ce qui est régulier et arriver ensuite vers l’irrégulier.
    De toute façon, pointer, expliquer, utiliser quotidiennement (comptage des absents, calendrier, date…)



    Comptage par pointage non synchronisé

    La comptine peut représenter pour l’enfant une suite sonore dans laquelle il n’a pas séparé les mots.

    L’enfant n’a pas fait le lien entre les mots utilisés dans la comptine et les nombres qu’il connaît déjà.

    L’enfant n’a pas compris le principe de la correspondance terme à terme.

    Aider l’enfant : il pointe et c’est l’enseignant qui compte.
    Plutôt que pointer, déplacer des objets. Pour compter, je mets les jetons l’un après l’autre dans la boite. Un mot correspond à un jeton qui tombe, c’est plus visible.



    L’élève n’a pas acquis la notion de mot-nombre

    On utilise les mêmes mots pour compter, pour numéroter et pour désigner une quantité

    Quand on compte, le dernier mot prononcé correspond à la désignation de la quantité (=/= de l’énumération)
    On peut croire que l’élève a acquis cette notion alors que certaine fois, il a juste intégré qu’à la question combien ? il doit répéter le dernier mot de l’énumération.

    Recours au langage précis, à l’explication, à l’utilisation dans la vie quotidienne.
    Plutôt que pointer, déplacer des objets. Pour compter, je mets les jetons l’un après l’autre dans la boite. Les objets ne sont plus porteurs individuellement d’un numéro, ils contribuent à former une collection. On peut régulièrement s’arrêter dans le comptage pour dire combien d’objets on a en tout.



    L’élève ne se représente pas les quantités

    Pour illustrer le propos, on peut proposer de compter avec des lettres. Montrer H doigts nécessite d’avoir recours au comptage. En montrer huit est instantané.

    On peut savoir compter très bien et ne pas se représenter la quantité


    Le nombre représente une idée (dès la 4ème on aborde les nombres x et y)

    Manipuler des doigts, des dés
    Montrer les doigts
    Travailler sur les quantités perceptibles sans comptage
    Trouver des stratégies de comptage qui font référence à des quantités
    Mettre en correspondance terme à terme
    Motricité : se grouper par deux, trois, dix. Faire d’autres groupes du même nombre.
    Travailler le « juste assez »
    Le moment du goûter pour travailler le « juste assez, la correspondance terme à terme puis la commande orale et enfin la commande écrite.


    La mauvaise utilisation des mots dans le langage courant

    Deuxième ou second
    « Nombre » induit l’idée de « nombreux »
    « Chiffre » utilisé à la place de « nombre »

    Utilisation du mot nombre dans le langage courant.
    As-tu vu le nombre de feuilles qui sont tombées ?
    Il y a un certain nombre de personne qui…

    Partir des représentations des élèves : que veut dire nombre ? On l’utilise dans les phrases.

    Utiliser un vocabulaire précis.

    Les connaissances préalables des nombres et leur utilisation dans le langage courant

    Un nombre est avant tout un mot. Le même mot peut servir à désigner une quantité, un numéro, à se repérer, ou ne servir à rien.

    Faire des liens, expliquer, nommer, utiliser dans les rituels et dans toutes les occasions de la vie de classe.


    La spécificité de l’écriture des nombres

    Un nombre est avant tout un mot. Une personne analphabète peut parler de nombres.
    Ce sont les seuls mots qui possèdent deux systèmes d’écriture (voire plus si n considère les chiffres romains et les lettres grecques)

    Commencer par les mots.
    Faire cohabiter systématiquement les différentes représentations : lettres, chiffres, collection, comme autant de façons de désigner un nombre.

    La non correspondance entre ce qui est dit et ce qui est écrit.

    On dit « Trois cent six », ou encore « 3 100 6 » mais on écrit 306
    On dit un mot "cent" qui s'écrit avec 3 chiffres : 100
    On dit "trois cent quatre vingt dix huit" avec 6 mots et on l'écrit avec 3 chiffres : 398

    Aborder autrement (Stella baruk)

     

    « Résoudre des problèmes portant sur des quantités en Grande Section - Numération à la maternelleBientôt ma prochaine affectation de stage en responsabilité: votez pour que je sois envoyé à la campagne! Koh Lanta c'est moi!! »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :